Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM)

Depuis le 01 janvier 2016 la France doit être en conformité avec la réglementation de l'Union Européenne. Concernant les conditions de prescription du Valproate de Sodium, ainsi :

  • la Dépakine® ne doit pas être prescrite chez les femmes en âge de procréer, sauf en dernière intention c'est à dire en cas d'échec des autres traitements.
  • la nécessité du traitement doit avoir été rediscutée avec le médecin spécialiste.
  • chaque patiente devra avoir été informée des risques extrêmement toxiques de la Dépakine sur le foetus. Pour cela, votre médecin spécialiste doit obligatoirement vous faire signer le protocole d'accord de soin que vous trouverez ci-contre.

Loading...


Qui peut me prescrire de la Dépakine® ?

Seuls les pédiatres, neurologues et psychiatres ont le droit de prescrire de la Dépakine®, Dépakote®, Dépamide® et leurs génériques.

Mon médecin généraliste pourra-t-il continuer à me prescrire de la Dépakine® ?Visite de l'APESAC dans les bureaux de l'ANSM

Non. Il aura le droit de faire des renouvellements d'ordonnances. Mais je devrai aller voir mon médecin spécialiste tous les ans.

Comment obtenir de la Dépakine® ?

A la pharmacie, à condition de présenter le protocole d'accord de soins signé en plus de l'ordonnance. Un livret d'informations devra aussi vous avoir été remis (à télécharger ci-contre).

Et si je ne veux pas d'enfants ?

Je dois respecter la réglementation européenne : les accidents peuvent arriver, même sous contraceptif, chez la jeune fille comme chez la femme plus âgée.

Loading...


 Il s'agit des recommandations officielles de l'Agence Nationale de Sureté du Médicament (ANSM) que vous pouvez retrouver sur leur site en cliquant sur ce lien :

Nouvelles conditions de prescription et de délivrance des spécialités à base de valproate

Si vous rencontrez des difficultés pour obtenir votre protocole de soins, n'hésitez pas à nous le dire en nous écrivant à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., nous alertons les autorités de santé.

Loading...


 L'APESAC vous présente l'étude ANSM CNAM demandée depuis des mois au ministère : 

 "Sur l’ensemble de la période 1967 à 2016, nous avons calculé qu’entre 64 100 (fourchette basse) et 100 000 (fourchette haute) grossesses auraient été exposées à l’acide valproïque en France au total, et que ces grossesses auraient donné lieu à entre 41 200 et 75 300 naissances vivantes. "

Loading...

ImprimerE-mail