• Tératogénicité : outre la Dépakine, quid des autres antiépileptiques ?

    Tératogénicité : outre la Dépakine, quid des autres antiépileptiques ?

    Lire la suite

  • (France Dimanche) En prenant de la Dépakine les femmes enceintes risquent d'avoir un enfant autiste

    (France Dimanche) En prenant de la Dépakine les femmes enceintes risquent d'avoir un enfant autiste

    Lire la suite

  • (Corse infos) Scandale de la Dépakine :

    (Corse infos) Scandale de la Dépakine : " J'ai fait confiance, j'ai été trahie "

    Lire la suite

  • Tératogénicité : outre la Dépakine, quid des autres antiépileptiques ?
  • (France Dimanche) En prenant de la Dépakine les femmes enceintes risquent d'avoir un enfant autiste
  • (Corse infos) Scandale de la Dépakine :

Avancées Institutionnelles

APESAC

L'APESAC s'occupe des intoxications du foetus aux anticonvulsivants ou régulateurs de l'humeur, prescrits à la mère pendant la grossesse, pour épilepsie ou troubles bipolaires : Tous ces anticonvulsivants (Dépakine, Dépakote, Dépamide, Keppra ...), sans exception, sont tératogènes.

Prescrits pendant la grossesse, ces antiépileptiques font courir au foetus des risques très graves : Atteintes neurologiques importantes, retards psychomoteurs sévères, autisme, malformations physiques.

Ces risques graves sont connus depuis près de cinquante ans dans la littérature scientifique, quand Marine Martin, lanceuse d'alerte sur la Dépakine, crée l'APESAC en 2011 et décide de se battre pour qu'un tel scandale sanitaire ne puisse plus jamais se reproduire.

Ce n'est qu'en 2015, et sous la pression de l'APESAC, que l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament, demande aux praticiens de ne plus prescrire de valproate aux femmes en âge de procréer et/ou enceintes...

Attention ! L'APESAC ne s'occupe pas des effets secondaires que recontrent les adultes ou les enfants qui consomment directement ces anticonvulsivants.

Agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31