La Dépakine aurait fait au moins 14.000 victimes

le Télégramme de Brest du 06 avril 2017

La Depakine et les autres formes de ce medicament ont fait au moins 14 DOO victimes, estiment l'epide miologiste Catherine Hill et la presi dente de l'association de victimes Apesac, alors qu'aucune estimation officielle exhaustive n'est encore dis penible « On peut raisonnablement estimer que 14 ooo personnes ont presente des atteintes causées par l'exposition, in utero, au valproate de sodium », la molecule active de la Depakine, conclut cette etude, qui figure en annexe du livre de la présidente de l'Apesac, Marine Mar tm, « Depakine, le scandale sam taire » (editions Robert Laffont), qui paraît aujourd'hui.

Ce medicament est commercialise en France depuis 1967 pour le traite ment de Pepilepsie (sous la marque Depakine, de Sanofi, ainsi que sous des marques generiques), et depuis 1977 pour les troubles bipolaires (Depakote et Depamide) ll est aujourd'hui sur la sellette en raison de sa dangerosite pour le foetus lors qu'il est pris par une femme enceinte On estime qu'il y a un risque de l'ordre de 10 % que l'en fant naisse avec des malformations physiques, ainsi qu'un risque de 30 % a 40 % d'atteintes neurolo giques, se traduisant par des troubles autistiques, des retards intellectuels ou des difficultés de coordination.

Estimation « prudente »

Pour estimer le nombre total de vie times, Catherine Hill, epidemiolo giste a l'institut Gustave Roussy, s'est basée sur les donnees dispo mbles (ventes du medicament depuis 1983, nombre de grossesses et de naissances pour 20072014) L'estimation de 14 ooo victimes est encore « prudente », a telle expli que Les seuls chiffres officiels, publies, en août dernier, par l'Agence du medicament et l'Assurance maladie font etat de 14 322 femmes « expo sees » au valproate de sodium pen dant leur grossesse, entre 2007 et 2014.